Des solutions alternatives pour vivre sans Google, Facebook et Microsoft

L'association de libristes Framasoft imagine des alternatives logicielles aux services centralisés du Web. Elle fête cette semaine les deux ans de son initiative «Dégooglisons Internet».

Comment utiliser le Web sans passer par Google, Amazon ou encore Facebook? L'association Framasoft, spécialisée dans la promotion du logiciel libre, répond à cette question en proposant des solutions logicielles alternatives, éthiques, et décentralisées. Baptisée «Dégooglisons Internet», leur initiative élabore des outils permettant au grand public de reprendre la main sur ses données. Six nouvelles solutions sont dévoilées cette semaine.

Mine d'or pour les «GAFAM», les données en question recouvrent aussi bien les déplacements géographiques sur Google Maps, les vidéos chez YouTube (Google), les emails sur Outlook (Microsoft), les chats vidéo sur Skype (Microsoft), les dossiers partagés sur Dropbox ou encore les post-it sur Evernote.

Irréductibles défenseurs de notre «intimité numérique», les membres de Framasoft considèrent leur initiative comme une mission d'éducation populaire au libre. «Le grand public rechigne parfois à adopter les solutions logicielles alternatives à celles de Google, Amazon et Facebook par crainte de perte de confort au niveau de l'ergonomie ou encore de certaines intégrations», explique Pouhiou, membre de l'association. «Pourtant, il aurait tout y gagner, notamment son indépendance. Lorsque dans son agenda, on inscrit un rendez-vous médical, les horaires de crèche de nos enfants ou le rétroplanning d'un projet professionnel, ce n'est pas anodin. Les mots données personnelles ont quelque chose de très froid alors qu'ils recouvrent tout simplement nos intimités numériques.»

Aucun service de ces mêmes GAFAM n'est à éviter en particulier. «Il s'agit plutôt d'un processus. Il faut prendre le temps de s'habituer et de trouver d'autres solutions», note le représentant de l'initiative. En deux ans, «Dégooglisons Internet» a ainsi proposé une vingtaine d'outils permettant de contourner les services centralisés du Web. Pour cette troisième phase de stratégie anti-GAFAM, Framasoft élargit l'éventail des alternatives disponibles par les six nouvelles solutions suivantes.

Exit Google Groups, Evernote et Skype

Dévoilé lundi, Framalistes se veut une alternative à Google Groups. Service simple de gestion des listes de diffusion, il permet de choisir ses options d'abonnement, de se désabonner, d'accéder aux archives ou de gérer les listes dont on est propriétaire.

Il est suivi du lancement de:

  • Framanotes, une alternative à Evernote pour créer, conserver ses notes, images, fichiers et marque-pages sur des tableaux.
  • Framaforms (mercredi) pour abandonner les questionnaires et formulaires en ligne dont les réponses sont fournies à Google Forms. L'outil sera également utilisé pour mener une enquête sur les utilisateurs des outils de Framasoft et déterminer si, oui ou non, l'initiative a bel et bien permis de toucher le grand public.
  • Framatalk (jeudi 6 octobre), alternative à Skype qui permettra de créer une conférence audio/vidéo.
  • Framagenda, (vendredi 7 octobre), équivalent de Google agenda qui donne davantage de contrôle sur la confidentialité des agendas, contacts, rendez-vous et plannings.

Le plus dur reste à faire pour cette dernière année. «Le gros morceau auquel nous allons nous attaquer sera l'équivalent de Gmail», annonce Pouhiou. «Sur la carte d'Astérix que nous avons parodiée, nous l'avons placé sur la Corse car ce sera le plus difficile à parodier. L'email demande énormément de travail en administration système et requiert des moyens importants et voire plus complexes que la vidéo». Une solution logicielle a en effet été élaborée pour remplacer YouTube.

 

lefigaro

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.

Tentez de gagner un Iphone
No Internet Connection